– Englouties – 13’38 – 2019-2021

Film 16 mm – numérisé

 

Au cœur de la ville de Saint-Malo, il y a une zone gigantesque, qui couvre 1/3 de la ville, interdite au public. C’est une partie du port de commerce qui est principalement accessible à partir d’une passerelle à l’architecture hors-norme qui en limite l’accès.

Un lieu inaccessible qui sera le premier à disparaître sous les flots dans quelques années. Seuls des sons étranges nous parviennent de loin  : vrombissements, bruits de chantier, hurlements de sirènes… Ce monde parallèle s’agite de jour comme de nuit. Mais c’est au plus profond de la nuit que les sons et les lumières inconnues suscitent le plus de fantasmes.

Englouties est une plongée sous la surface, une descente au fond de ce puits mystérieux, situé au cœur des bassins de Saint-Malo.

Le film nous emmène dans ce monde fantasmagorique, dans les plis de la ville, au fond des marées basses. Un homme marche, traverse des paysages, et explore la surface de la pellicule. Il s’immerge dans une exploration d’images, nageant vers des profondeurs inquiétantes, pour finalement revenir à la surface.

Un voyage halluciné dans des couches d’images qui deviennent paysages mentaux.

Englouties

Depuis on désapprend
Mémoires oubliées
Le temps d’une apnée vide
RESSACS d’invisibles
Submerge et se retire

Engloutir et murmurer
Plongée de pierre, vers le noir
Percée depuis longtemps
Y aller, et devenir

 

Dans les plis de la ville
Au creux du poing serré
Le bassin Jacques Cartier
Reflète ses souvenirs
Ses futurs images plissées

 

Les rides de surface, emmurent
Petites fenêtres, clapots
Tubes de marches, voie romaine
Marées basses, oubliées

Les vestiges ruminent
Rochers englouties
Remparts des mémoires
Algues abritées

 

Terres indécouvrables,
Estrans de nos inconscients
Sous les cailloux enfoncés
La tête bascule vers le bas

Les prêts de ces hautes mers
sont des jetées muettes
Tandis qu’une lumière seule
D’hier devient dehors

 

Terres Neuve Basse
Gouffres inouïs
Lesté je vois
Les écluses flotter

Morues décharnées
Hautes-mers apprêtées
Puits de phare inversés
Les oreilles sont ouatées

Accalmies, souffles courts
Aaron seul sur Kanalch
Rêve et nage et dessous
Le futur de Corseul

Engulidas

(spanish version)

Engulidas

Desde desaprendemos, 
Memorias olvidadas, 
el tiempo de una apnea vacia, 
resacas de invisibles
sumerge y retirarse

Hundir y susurrar 
buceo de piedra hacia el oscuro
perforada hace tiempo
llegar y llegar a ser

En los pliegues de la cuidad
en el hueco del puño apretado 
la cuenca Jacques Cartier
Refleja sus memorias
sus futuras imagenes arrugadas

Las arrugas de superficie, emparedaron
Pequeñas ventanas, chuletas
Tubos de escalones, via romana,
mareas bajas, olvidadas

Los vestigos rumian, 
Rocas engullidas
Fortalezas de memorias
algas abrigadas

Tierras indescubribles
Marismas de nuestros inconscientes
Debajo las piedras clavadas
la cabeza se volcara

Los prestamos destos altos mares
son embarcaderos mudos
mientras que una luz sola
de ayer se convierte afuera

Tierras nuevas bajas, 
Abismo inaudito,
lastrado lo veo
las esclusas flotar

bacalao marchitas
altos mares adobados
pozos de faro invertidos
o rejas terciopelos

momentos de calma 
Aaron solo en Kanalch
Sueña y nadando y abajo
el futuro de Corseul